14-18 mon Grand-père et ma Grand-mère…

14-18 Mon Grand-Père et ma Grand-Mère, une histoire d’amour et de guerre

Ciné – concert

Tandis que les musiciens interprètent des oeuvres écrites entre 14 et 18, les photos prennent vie sur l’écran: champs d’aviation, ruines,  vie quotidienne à l’arrière du front, le Roi Albert et la Reine Elizabeth, Eugène Ysaÿe, petits écoliers en masque à gaz… on y trouve même un selfie avant la lettre du couple heureux!

Projection – concert conçue et réalisée par Rui Moreira et Marie Boulenger, avec les précieux conseils du service de documentation du Musée Royal de l’Armée.

Projection de photos de la collection de Georges Franklemon, œuvres musicales de J.Ryelandt, J.Jongen, Ch.Scharrès, F.Bridge, CL.Debussy, toutes écrites entre 1914 et 1918, interprétées sur scène par le duo Xuewen GAO violoncelle et Marie BOULENGER piano.

Un spectacle tout à fait original, touchant par son authenticité et le souvenir vivant qu’on transmis  Georges Franklemon et Josefa Verstrepen à leur petite-fille Marie Boulenger.

Le spectacle se déroule durant 50 minutes sans pause.

Comment m’est venue l’idée de ce spectacle ?

A l’approche des commémorations 14-18, le souvenir de l’existence d’un album réalisé par mon grand-père à la côte belge m’est revenu.

J’ai retrouvé cet album, ainsi que des caisses avec des photos et des plaques de verre de l’époque au grenier de la maison familiale où ont vécu mes grands-parents, mes parents et moi-même.

Avec mes propres souvenirs  d’enfant, j’ai reconstitué cette période à la fois tragique et heureuse de mes jeunes futurs grands-parents…

Description du spectacle

Prologue

Les premières images apparaissent : présentation des deux familles avant la guerre. Les Franklemon très petite bourgeoisie bruxelloise francophone, et les Verstrepen, bourgeoisie aisée anversoise néerlandophone. (Photos de famille et sous-titres explicatifs).

Avant la guerre : mon grand-père Georges Franklemon né en 1890, ouvrier spécialisé en mécanique de précision (portrait avec son équipe de travail) puis faisant son service militaire, ma grand-mère Josefa Verstrepen née en 1893, jeune institutrice à l’esprit très indépendant, devenue athée durant ses études chez les religieuses.

1913 : la rencontre, à Anvers : c’est le grand amour… encore secret.

Printemps 1914 : ma Grand-Mère a trouvé une place comme Institutrice à l’Institut Pannois, petite école laïque, mixte, bilingue, ouverte tant aux fils de bourgeois qu’aux enfants de pêcheurs et d’ouvriers. Mon Grand-Père, toujours au service militaire dans la région.

La guerre éclate 

Mon Grand-père est télégraphiste attaché à l’aviation militaire en Belgique non occupée. Photographe amateur, il prend des clichés dans toute la région, soit au sol soit en avion : Kaeskerke, Dixmude, Ypres, Ramscapelle, Houthem, Coxyde, La Panne, Furnes, Nieuport… et il photographie aussi l’amour de sa vie, ma Grand-mère !

Mes Grands-Parents habitent à La Panne et à Coxyde durant toute la guerre. Le reste de la famille de ma Grand-Mère a fui en Hollande et en Angleterre dès la chute d’Anvers.

La guerre a séparé les familles mais a donné la liberté aux amoureux !

Commencement du cheminement dans l’album (photos prises à Nieuport, Perwyse, Coxyde, La Panne, Dixmude, Ramscapelle, Furnes…, la guerre, la mort, les bombardements…mais aussi la vie quotidienne, les  goulash kanonen ,les fermes, les cafés, les marchands ambulants, le Roi Albert, la Reine Elizabeth, Eugène Ysaÿe, le Docteur Depage, les aviateurs célèbres, les soldats congolais, Madame Tack,  les personnages politiques,… les petits élèves de ma Grand-mère en masque à gaz…

Les photos de l’album alternent avec les photos de la vie privée du  jeune couple heureux et libre.

Tout est ponctué de quelques explications en intertitres et de quelques extraits de lettres.

Le mariage en 1915 : petit scandale familial 

A  partir de la correspondance entre la famille de ma Grand-mère, réfugiée aux Pays-Bas et  mes Grands-parents, on comprend que ceux-ci n’ont pas attendu la fin de la guerre et la réunion de la famille pour se marier, et que mon grand-père a même envoyé sa demande en mariage après coup, antidatée !

1917 : le premier enfant, ma Grand-mère enceinte, la préparation du trousseau, la maternité, la naissance de mon oncle Jan, Jean Franklemon.

La projection-concert se termine sur une note heureuse…

Epilogue

La première guerre se termine. Mes Grands-parents ne seront pas revanchards, mais résolument pacifistes, anticolonialistes  et antifascistes. Ils connaîtront la première grande crise de 1929, puis la deuxième guerre mondiale! Quelle génération privilégiée!

En 1936, ils soutiendront la république espagnole et ses réfugiés, tout comme mes parents.

Peu avant la guerre 40,  ils accueilleront un petit garçon chez eux, Rolf, fils d’antifascistes allemands prisonniers dans un camp de concentration. Ils partiront en exode en France avec lui. Très rapidement, ils reviendront en Belgique pour entrer dans la résistance, tout comme ma mère Marguerite Franklemon et mon père Jean-Pierre Boulenger (mariés en 1942, premier enfant en 1943…).

Mon Oncle Jean, Jan, né à La Panne participera à l’attaque du XXème convoi de déportés juifs pour Auschwitz, sera torturé au fort de Breendonk et envoyé dans les camps de concentration jusqu’à la libération.

 

 

En pratique : le projet est réalisé en version bilingue, français et néerlandais. Ce spectacle nécessite 1 écran, 1 projecteur, 1 piano.        

Lien vers le teaser sur youtube (2015) : https://www.youtube.com/watch?v=FtZc88cn-DQ

Lien vers un extrait de 17 minutes du premier montage (2015) sur dropbox: https://www.dropbox.com/s/kigjedz0c2vr9vg/14-18_Mon%20grand-p%C3%A8re%20photographe_Extrait-17-min.mp4?dl=0

Ce projet sera présenté notamment le lundi 23 avril à la salle Arsonic à Mons (organisé par « SURMARS », choisi par Jean-Paul Dessy) et le vendredi 9 novembre 2018 à 12h30 à la KBR (Bibliothèque Royale de Belgique) dans le cadre d’un Colloque consacré aux arts pendant la guerre 14-18 organisé par la section de Musicologie sous la direction de Marie Cornaz.